Interview d’auteur/e/s: Erika Boyer

Bonjour tout le monde, aujourd’hui nous allons continuer la nouvelle série d’articles. Je vous emmène donc à la découverte d’auteur/e/s qui ont bien voulu répondre à quelques questions concernant leur métier et sur leur/s roman/s. Ce rendez-vous aura lieu tout les mercredi. Et aujourd’hui, nous continuons avec Erika Boyer.
1) Pourriez-vous me raconter comment vous avez commencé à écrire ?

Je pense que ma réponse aura un air de déjà-vu car, comme beaucoup, j’ai commencé à aimer écrire dès mon plus jeune âge. J’aimais raconter des histoires et les coucher sur papier, et ce qui était une simple passion est devenue une nécessité quand je suis entrée dans la phase difficile qu’est l’adolescence. Là, il n’était plus question d’écrire par simple plaisir mais bien par besoin d’évacuer ce qui pesait sur mon cœur. Puis, petit à petit, c’est redevenu une passion. Aujourd’hui, j’écris parce que cela me fait du bien, j’en ai besoin, mais aussi simplement parce que j’aime raconter des histoires.

2) Avez-vous déjà eu un journal intime, des carnets où vous releviez des citations, des pensées,… ?

J’en ai eu beaucoup, mais je n’en ai jamais tenu un correctement. Je commençais, j’arrêtais, j’en commençais un nouveau…

3) Comment vous est venu l’idée de publier?

Quand j’ai eu terminé mon premier manuscrit, j’ai eu envie de l’imprimer pour mes proches et surtout, pour moi. J’ai un côté matérialiste et je voulais pouvoir tenir mon livre entre mes mains, avoir quelque chose de concret qui me permettait de dire « je l’ai fait, j’ai été au bout ». Puisque mon défi était d’aller au bout du projet, moi qui abandonnais toujours tout en cours de route, il était important que j’ai cette satisfaction. Et puis, finalement, j’ai découvert l’impression à la demande qui me permettait de proposer mon livre à d’autres personnes, sans frais, et j’ai tenté l’aventure.

4) À partir du moment où vous avez publié votre premier ouvrage, vous a-t-il été plus facile (ou plus difficile) de publier ensuite?

Plus facile. En publiant le premier, j’ai acquis une certaine expérience qui m’a aidée pour l’impression des suivants. Mais si la question est liée à l’inquiétude de devoir « faire mieux », je dirais que cela ne m’a même pas traversé l’esprit. Autant le succès de mon troisième roman, ‘Sous le même ciel’, m’inquiète car j’ai peur que les gens attendent de moi quelque chose de similaire, autant je ne me suis pas posée la question après avoir publié mon premier. J’étais juste heureuse d’avoir trouvé ce qui me rendait heureuse (l’écriture) et de pouvoir commencer un nouveau projet.

5) Pouvez-vous me parler en quelques mots de chacun des livres que vous avez publié ( ou s’il y en a trop, de quelques-uns de votre choix) ?

À ce jour, j’ai publié quatre romans. Le premier s’appelle ‘Pardon’, c’est un livre contemporain qui aborde le sujet très tabou d’un amour entre un frère et une soeur (inceste consenti). Mais contrairement à ce qu’on pourrait attendre d’une telle thématique, mon roman est très doux, sans jugement et, je pense, plus facile à lire qu’on ne pourrait le croire.

Mon deuxième livre s’appelle ‘Le langage des fleurs’, c’est une romance contemporaine estivale qui a pour but de détendre, et ce malgré certains sujets durs qui y sont abordés.

Le troisième, ‘Sous le même ciel’, est une romance M/M (entre hommes) qui raconte une véritable histoire d’amour. C’est un récit sur la vie, sur le monde qu’on ne peut pas contrôler et sur le fait que même le plus beau des amours ne peut rien contre le destin. Un livre doux, mais intense.

Enfin, le quatrième s’appelle ‘Hyacinthe’, c’est le premier tome de ma saga Tout en nuances et c’est une romance contemporaine. C’est un livre court qui aurait normalement dû être une nouvelle (mais je n’ai pas su m’arrêter) et qui narre un morceau de vie des protagonistes, le plus important pour eux. La particularité de cette saga, c’est qu’en plus de montrer la diversité (les prochains tomes seront plus parlants sur ce point), elle tourne autour de personnages qui m’ont été inspirés par les Dieux grecs les plus connus. Les lecteurs peuvent donc y voir plusieurs clins d’oeil.

6) Avez-vous des rituels pour écrire ?

Pour être honnête, pas vraiment. Je pensais avoir certaines habitudes, mais j’en suis à l’écriture de mon septième projet et je change encore de façon de faire. Parfois je fais un plan, parfois non, parfois j’écris dans un café, parfois chez moi… Mes habitudes changent, la seule chose qui reste, c’est que j’écris en journée, mieux quand il fait beau (la pluie me rend triste), que je ne peux pas écrire plus de trois-quatre heures à la suite et que je suis aussi incapable d’écrire dix minutes par ci, dix minutes par là ; j’ai besoin de deux bonnes heures au moins pour écrire dans de bonnes conditions.

7) Que voulez-vous transmettre à travers vos livres?

J’aimerais transmettre mes pensées, mes idées ouvertes sur des sujets qui prêtent souvent à débat alors que, selon moi, cela ne devrait pas être le cas. J’aimerais montrer la diversité de notre monde et en quoi je trouve cela magnifique. Je ne tiens pas à donner des leçons, je veux juste présenter ma vision des choses en douceur pour donner toutes les cartes à mes lecteurs et les laisser ensuite se forger leur propre idée.

8) Qu’éprouvez-vous avant la sortie d’un roman?

De l’excitation et beaucoup de stress ! Je manque cruellement de confiance en moi, alors chaque nouvelle sortie est une épreuve. Pourtant, c’est aussi un grand plaisir car c’est l’aboutissement de mois de travail.

9) Quels sont vos futurs projets? (Nouveau livre,…)

J’ai terminé le spin-off de mon livre ‘Le langage des fleurs’, qui s’appellera ‘Le chant de l’océan’ et sortira en octobre ou novembre. Il ne me reste qu’à le relire une ultime fois. Je travaille également sur un roman graphique M/M avec mon amie illustratrice Eléonore Christien qui sortira en décembre. En ce moment, j’écris également le premier tome d’une duologie. Elle sera publiée chapitre après chapitre sur la plateforme Wattpad (vous pouvez m’y trouver sous le pseudo erikaboyerauteur). Une nouvelle méthode de publication pour moi car j’avais très envie d’essayer pour échanger en direct avec mes lecteurs. Enfin, deux projets sont prévus pour l’année prochaine, le tome 2 de Tout en nuances et une trilogie fantasy !

10) Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à vos lecteurs rêvant de devenir écrivain?

Je leur conseillerais de se lancer ! Écrire est une expérience merveilleuse, qui peut se faire sans publication, mais s’ils décident de tenter l’aventure de l’édition, eh bien qu’ils le fassent en gardant à l’esprit que leur travail sera critiqué et jugé. Ainsi, même si l’auto-édition permet une certaine liberté et une absence de censure, il ne faut pas faire n’importe quoi. Il faut accorder de l’attention à son projet en employant un français presque irréprochable (ou en faisant appel à un correcteur), accorder du soin à son récit, ses personnages, sa présentation, sa couverture… en d’autres mots, il faut faire attention et travailler dur pour obtenir un bon résultat. Il n’est pas juste question d’écriture, finalement.

Voilà pour cette nouvelle interview 🙂

Ses réseaux sociaux:
Son site
Facebook
Twitter
Instagram

Où trouver ses romans:
Hyacinthe (Tout en nuances t. 1)
Le langage des fleurs
Sous le même ciel
Pardon

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s